Etre Alim en 2008: les nouveaux défis

 

بسم الله الرحمن الرحيم

-         Etre Alim en 2008: les nouveaux défis  -

Il y a quelques années, le Alim était la personne qui enseignait la religion aux enfants. Lui seul pouvait transmettre la connaissance religieuse, enseigner le Qour'an aux élèves avec le Tadjweed, officier la Salat et faire le Khoutba. De ce fait, il était incontournable.

Mais quelques décennies plus tard, lorsque le nombre de Hafiz oul Qour'an a augmenté, et que les manuels de maslah, Sirat et autres matières en langue française devinrent accessibles à tous, on s'est rendu compte que la transmission de la connaissance religieuse était devenue beaucoup plus facile, et qu'il n'était pas forcément nécessaire d'avoir fait 6 années d'études théologiques pour enseigner aux enfants une lecture correcte du Qour'an, ou pour leur expliquer le contenu des ouvrages de Maslah, de Aqaide, ou de Sirat déjà clairement présentés.

Ainsi, on peut légitimement se poser la question suivante: «Un individu qui a eu la chance et l'honneur d'apprendre les commentaires du Qour'an, d'étudier les quatre écoles de jurisprudence, et de voir les six grands livres de Hadices: ses acquis, ne lui permettent-ils pas d'aller au delà de l'enseignement de base?». En d'autres termes, plus élogieux : «Sommes nous sûr d'exploiter à leur juste valeur les connaissances et les capacités de nos respectueux Oulamas, selon les besoins et les attentes des nouvelles générations? »

L'objectif est, vous l'avez compris de voir l'évolution - constatée ou souhaitée - de la profession en 50 ans. Autant les générations évoluent-elles dans leurs moeurs, les mentalités changent de décennies en décennies, le métier de Alim aussi évolue; dans sa manière de prêcher, de communiquer, de transmettre, tout en gardant les mêmes objectifs.

 

 

Mais avant tout, resituons l'importance du Alim dans l'Islam, le rang qui est le sien, comme Allah et son Prophète l'ont décrit:

 

  • Allah atteste dans le Qour'an que seuls les savants ont en eux la véritable crainte de Dieu:

« Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah » (Sourat Faatir,Verset 28)

 

  • Le Prophète (SAW) décrit les Oulamas comme étant les héritiers des Prophètes: « Les savants sont, en fait, les héritiers des prophètes. Les Envoyés de Dieu n'ont laissé en héritage ni dinars, ni dirham; ils ont laissé la connaissance religieuse. Celui qui l'acquiert aura eu un bien inestimable » (Raporté par Tirmizi)

 

  • Les anges font Doah pour la personne qui enseigne le bien aux gens, de même que les créatures terrestres et marines: « Certes, Allah ,les anges les habitants des cieux et de la terre, jusque la fourmi dans sa fourmilière et même les animaux marins, bénissent celui qui enseigne le bien aux gens » (Rapporté par Tirmizi)

 

  • Shaytan craint le Alim; il sait que ses insufflations atteignent difficilement le savant. Il est aussi conscient que les Oulamas mettent en garde les gens contre ses pièges: « Un seul érudit est plus difficile pour shaytan que mille adorateurs » (Rapporté par Tirmizi et Ibn Maajah)   

 

 

 

 

Ces quelques textes sont amplement suffisant pour qu'on comprenne que les Oulamas  sont indispensables dans une société, étant ceux qui ont repris le travail des prophètes, qui est d'inviter les gens vers Allah, d'enseigner la parole d'Allah ainsi que la sagesse, et de permettre aux croyants de purifier leurs coeurs des péchés intérieurs qui nuisent à leur épanouissement spirituel. Ces fonctions sont résumées dans le verset suivant, qui exprime le Doah de Ibrahim et Ismael (a):

«  Notre Seigneur! Envoie l'un des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier. » (Al Baqarah, Verset 129).

 

Cette mission, qui était valable à l'époque des Sahabas, des Ta-béines et ceux qui les ont suivi il y a plusieurs siècles, reste exactement la même dans ses objectifs 16 siècles après. Mais selon les époques, les priorités n'étaient pas les mêmes. Il fut une époque où les savants voyageaient pour écouter et transmettre des hadices; à une autre époque, ils se spécialisaient dans la jurisprudence auprès des grands Imam du Fiqh.

A une époque plus proche de nous, les Oustadh pionniers à la Réunion, ont fait un travail monumental avec les premières générations de musulmans nés à la Réunion. Il faut souligner et saluer leurs efforts, ainsi que ceux des anciens, d'une manière générale, qui ont oeuvré pour offrir aux générations après eux des infrastructures, des lieux de culte, des Medersa. S'il fallait démarrer de zéro à l'époque où nous vivons, jamais on n'aurai pu bâtir un tel patrimoine. Ce n'est pas un cadeau qu'ils nous ont fait, mais un flambeau qui nous a été transmis, que nous devons à notre tour transmettre à ceux qui  vont venir après.

 

Mais à notre époque, justement qu'en est-il ? Quels sont les attentes de cette nouvelle génération ?En ce 3ème millénaire, dans un pays multiculturel comme la Réunion, où en plus de la religion, nous avons une culture réunionnaise, indienne (pour certains), francaise et européenne, l'exercice de cette noble fonction doit-elle se faire d'une manière traditionnelle, comme il y a plusieurs siècles ? D'une manière stricte et pointilleuse, comme dans les pays musulmans tels que l'Arabie Saoudite, la Malaisie, le Pakistan, ou les pays à forte présence et tradition musulmane comme l'Inde ?

Serait-ce blasphématoire de penser que les Oulamas doivent s'adapter au contexte actuel, tenir compte du niveau d'éloignement de la religion, pour ne pas "placer la barre trop haut" ? Reconsidérer les priorités, avoir recours à des moyens de communications plus modernes dans la propagation de la religion, en plus des moyens traditionnels?

 

Nous avons décidé de donner la parole aux jeunes, de les sonder sur leurs conceptions du Alim de 2008. Quand on écoute leurs discours, la réponse ne fait plus l'ombre d'un doute: on ne retrouve plus que quelques points communs avec la fonction du Alim d' il y a cinquante ans. Ils recherchent avant tout quelqu'un qui saura s'adapter au contexte dans lequel ils évoluent; quelqu'un qui saura oublier un peu qu'il est Oustadh, et se mettre plus à leurs niveaux pour voir leurs problèmes comme ils le voient et y apporter des solutions. Un Alim qui ne les sermonnera pas, mais qui leur expliquera; un Alim qui ne les verra pas comme des pécheurs endurcis,  mais un conseiller qui les éclairera sur leurs choix, les rattrapera dans leurs erreurs, et leur conseillera ce qui est mieux. Tout un programme!

Les réponses sont parfois assez franches, mais constructives. Extrait:

(PS: pour les puristes, mieux vaut s'arrêter  là, et passer à l'article suivant)

 

Billal 20 ans, St Denis:

« Un aalim c kelkun ki essay  de faire  le mm travail  que le prophète (saw), c a d : amené lé gens dans le bien en explikan c koi l'islam et essayé dempeché le mal par tt lé moyen posible en amenan le plus de gen possible dan le bien. Et mi pense ke lé aalim dojourdui, ca va un peu, surtt ché le aalim jeune paske bana i compren a peu pré la mentalité d jeune dojourdui donk bana i aide plu facilmen. Mai bon, lé vré ke certain parfoi i emball a zot pour un rien;

·        ossi mi pense ke lé aalim ki font pa bayane avec coeur en fesan tt zote possible pour fair changé la mentalité d gens , bana i devré arett fé bayane;  paske kan ou fé bayane c pour lislam , pou le bien de ts et pa paske ou lé obligé de fair. Et mi pense ke lé aalim devré ossi se raproché d gen ki son dan lerreur pou fai revni a zote dan le droi chemin, et non laiss bana tombé. Et ossi , néna certain aliim i revendik ke bana i doi etre respecté , et mi diré ke si bana i veu ke nou respecte a zot, certain doi respecté lé zotre dabor »

 

Ainsi, à la lumière des versets du Qour'an et des Hadices, à travers l'évolution des mentalités et des moeurs, après analyse des problèmes nouveaux recontrés par notre communauté, et grâce au témoignage de ces jeunes que nous avons sollicités... nous pouvons nous essayer  à retracer la mission du Alim du 3e millénaire, le ALIM PAYS qui pourrait répondre à leurs attentes, à travers les points suivants:

 

l  C'est avant tout quelqu'un qui, dans sa jeunesse, a suivi un cursus classique: collège et lycée jusqu'au bac, dans une école laïque, et donc mixte. Les jeunes insistent sur le parcours scolaire du Alim; car selon eux, s'il n'a pas connu les années lycées et ses tentations, s'il n'a pas eu affaire à un ami qui lui propose du zamal (ti fé mal le coeur) ou de la qualité, s'il n'a pas vu de ses propres yeux des jeunes faire leurs premiers pas vers l'alcool, ou s'il n'a jamais eu à faire face à une fille – zarab ou pas- qui lui propose de sortir ensemble, ... (liste non exhaustive) il ne sera jamais sur la même longueur d'onde que les jeunes. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il ait succombé à ces Fitnas, mais qu'il les ait au moins croisé une fois dans sa vie, pour comprendre dans quel monde vit les jeunes. Une fois retourné de son Daroul Ouloum, il n'aura qu'à multiplier ces Fitnas par 6 ou 7 (selon le nombre d'années), et il sera à la page.

 Autrement, il va croire que les jeunes qui l'entourent ont aussi bonne volonté que ceux qui étaient avec lui au Daroul Ouloum, et qu'il peut les sermonner comme ses Oustadh le sermonnaient. C'est là qu'on entend le discours fataliste: « On ne peut plus rien faire avec ces jeunes, ils sont allés trop loin ! ». Certes, ils sont allés très loin, mais plus profond est le  fossé qui s'est creusé entre ce Alim traditionnel, d'une autre génération, ayant évolué dans une autre sphère, et ces jeunes de 2008, à l'ile de la Tentation.  Ce Alim qui n'a pas vécu les problèmes de la jeunesse « en live » pourra difficilement engager un dialogue avec eux : il leur rappellera que le pantalon ne doit pas dépasser les chevilles, qu'il faut obéir aux parents à la maison, qu'il ne faut pas négliger les Sounnat Mouakidah; eux recherchent quelqu'un qui peut les convaincre d'arrêter l'alcool, de ne plus consommer de stupéfiants; quelqu'un qui peut les aider à faire le cheminement vers le point de départ de leur chute, à en analyser les raisons, et qui va les rassurer et les aider à s'en sortir.

 

l  Après ses études secondaires, le  ALIM PAYS a fait un choix: celui de se consacrer aux études religieuses plutôt que de faire Médecine, Droit, ou BTS comptabilité. C'est un choix qu'il fait, pour apporter aux jeunes qu'il a côtoyé, ce qui leur manquait dans leur vie insouciante, dans l'espoir que les futures générations, ses petits frères et soeurs, ses petits cousins et cousines, ses neveux et nièces qui fréquenteront le même lycée dans 10 ans, ne commettent pas les mêmes erreurs.

C'est un choix aussi de devenir un des héritiers des Prophètes, en apportant la religion à toutes les tranches de la société. Ainsi, être Alim, ce n'est pas un métier mais une mission. Cela implique un sacrifice conséquent sur le temps de travail, mais aussi un sacrifice financier non négligeable. On ne devient pas riche en étant Alim, c 'est un constat; on n'aura jamais le pouvoir d'achat d'un fonctionnaire, d'un médecin ou d'un ingénieur. On entend parfois des personnes déconsidérer les Oulamas par rapport à leur faible nombre d'heures journaliers ; certains disent même avec dédain: « Vous êtes payés à temps plein pour un travail que vous effectuez à temps partiel !» Quand on analyse la conjoncture économique actuelle, la hausse des prix historique, particulièrement à la Réunion, et qu'on voit des jeunes réunionnais qui, malgré ce contexte défavorable, préfèrent consacrer leur jeunesse à l'apprentissage de la science religieuse plutôt qu'à d'autres études qui les auraient rapporté beaucoup plus d'argent... rien que pour cela, ils méritent notre total respect. Cette profession est la seule qui est aussi peu rémunérée pour autant d'années d'études (6 ou 8 selon les instituts). Mais c'est le sacrifice à faire.

Ainsi devenir Alim est un choix du coeur, pas une solution par défaut. Elle est loin cette époque où on allait faire Alim quand on était en échec scolaire; ou lorsque les parents  n'arrivaient plus à contenir leur fils, ils l'envoyaient au Daroul Ouloum comme dans un camp de redressement.

Faire des études de Alim, c'est se sentir responsable de la Oummat;  c'est bien plus qu'un métier, c'est un héritage prophétique.   

 

 

l  Une fois retourné à la Réunion, il va exercer sa mission, auprès de tous les composants de la société. Il ne se focalise pas sur les enfants, mais se rend régulièrement auprès des jeunes, tout en étant attentif aux attentes des parents et des séniors. Il se familiarise avec tout le monde, il vit avec les gens. Il ne fait aucune distinction entre les gens par rapport à leurs statuts dans la société; il est au service de tout demandeur, comme le médecin qui a signé le serment d'Hippocrate. De ce fait, ce Alim devient une personne incontournable dans la société, respectée pour sa science bien sur, mais aussi appréciée pour sa convivialité, son ouverture et son accessibilité. Elle est loin cette époque où on craignait le Mollissab à un tel point, que les élèves se cachaient lorsqu'ils le voyaient, et les adultes arrêtaient de rire et de plaisanter, par respect et par crainte. Le ALIM PAYS  est si proche des gens, que son discours n'a aucun mal à passer; on n'hésite pas une seconde à le consulter pour un Maslah ou tout simplement pour se confier à lui. On ne le voit pas comme un donneur de leçon, mais plutôt comme un bon conseiller, pour toutes les couches de la population.

 

 

1.       Avec les enfants:

Par le biais de l'enseignement, il transmet les connaissances de base aux plus petits, les apprend à lire le Qour'an. Mais son rôle ne se limite pas à l'instruction; il se soucie également de leur éducation, tout comme le Prophète (SAW) enseignait aux enfants les règles de bonne conduite, dés que l'occasion se présentait. Le Prophète (SAW) vit une fois un enfant manger de manière désordonnée dans un plat commun; il lui prodigua les conseils suivants, comme un père qui s'adresse à son fils: « O jeune enfant, dis Bismillah (avant de manger), mange de la main droite, et mange ce qui se trouve devant toi... »

La transmission de connaissance demande énormément de patience, de pédagogie, et surtout une méthodologie adaptée à ces êtres fragiles. Lorsque Anass (RA) était encore un enfant, il s'était vu confié une mission par le Prophète (SAW); en chemin, il vit un groupe d'enfants jouer, et s'y arrêta pour les regarder. Le Prophète (SAW) ne le voyant pas arriver, alla à sa recontre et le surprit auprès des enfants; pour autant, il ne lui fit aucune reproche, et lui demanda juste s'il avait fini. Ces deux anecdotes sont la parfaite illustration de la manière d'instruire et d'éduquer les enfants en bas âge; le Prophète (SAW) ne les sermonna pas, ne les brusqua pas, alors que dans un autre cas de figure, lorsqu'un bédouin se précipita sur la nourriture, le Prophète l'en empêcha en saisissant sa main (Rapporté par Mouslim). Rien ne remplace l'affection et l'amour, dans l'éducation de cette tranche d'âge. Cela résume bien ce que le Prophète (SAW) disait à propos des plus petits: « Ne saurait être des nôtres celui qui n'est pas indulgent envers nos petits ... » (Rapporté par Tirmidhi).

 De nos jours, les pédopsychiatres et les psychopédagogues reprennent cette thèse de H.Ali (RA), qui date de 15 siècles selon laquelle l'éducation de l'enfant jusqu'à l'âge adulte passe par 3 phases de 7 années, chacune ayant sa méthode et son objectif. Concernant la première phase, de 1 à 7 ans, l'enfant a besoin exclusivement d'affection; il est donc impensable de frapper un enfant dans cette tranche d'âge . Les spécialistes de la psychologie de l'enfance confirment que les traumatismes que subit un enfant, jusqu'à l' âge de 7 ans, laissent des traces souvent indélébiles dans sa vie d'adulte, à moins qu'il ne suive une thérapie.

En tant qu' héritier des Prophètes, le Alim éprouve la même affection pour les plus petits, et adapte son discours et sa pédagogie à leur fragilité et à leur faiblesse d'esprit.

 

2.    Avec les adolescents:

Cette tranche d'âge de la population est si sensible, qu'elle mérite qu'on lui consacre l'essentiel du temps, que ces jeunes fréquentent la Médersa ou non. C'est la période de la vie où l'individu forge sa personnalité et cherche ses repères pour entrer dans la phase adulte. C'est aussi le moment privilégié de shaytan pour les attirer vers les plaisirs qui se trouvent dans les interdits, principalement l'alcool, les stupéfiants et les premières expériences sexuelles.

Le ALIM PAYS sait qu'il bénéficie d'une écoute particulière auprès des jeunes, de part leurs appartenances à une même génération ou à une génération proche. Il n'hésitera pas à nouer des relations permanentes avec eux, par le biais de centres d'intérêts communs, de loisirs partagés, et surtout par des échanges amicaux en dehors du cadre des lieux de culte. On est loin de la relation classique Molissab/élèves basée uniquement sur les mises en garde, les avertissements et les conseils. Il y a encore quinze ans, si un Molissab voyait un jeune musulman avec une fille, il se sentait en droit de l'interpeller sur le champ, et de faire le rapport immédiatement à ses parents; la méthode était certes radicale, mais c'était ce qui marchait. Aujourd'hui, cette réaction est inimaginable; les libertés individuelles ne permettent plus à quiconque de s'interférer dans la vie d'autrui, qu'il soit mineur ou majeur, pour le sermonner ou le faire la morale; et le Alim n'échappe pas à cette règle! C'est un constat, les mentalités ne sont plus les mêmes qu'il y a vingt ans. Les jeunes fuient les donneurs de leçons: il n' y a pas d'autres alternatives que de s'adapter, si le Alim veut vraiment apporter quelque chose à cette génération.

 Nous sommes également à une époque où il n'y a plus de sujets tabous; l'évolution des mentalités, la banalisation des moyens de communications et particulièrement l'internet a fait que chaque personne s'estime en droit d'avoir une réponse concrète et cohérente à ses recherches. Ce serait une erreur monumentale de refuser d'aborder une question existentielle de la religion, ou de faire croire que l'Islam est une religion qui se pratique, mais dont on ne discute pas. La phrase qui tue serait: « Lé obligé, rod pas pourquoi! » ou alors: « Lé Haram, parce que lé pas bon, rod pas plus! ». Un tel raisonnement discrédite la religion, et peut même faire naitre un soupçon de doute dans les coeurs sur la rationalité et la cohérence de notre religion. Qu'on ne s'étonne plus, si certains préfèrent interroger Moufti Google plutôt que de discuter avec un Alim.

Nous nous figurons, à tort, que ce n'est qu'à notre époque que les jeunes posent des questions qu'on juge dérangeantes. Si c'était le cas, cela voudrait dire que depuis 16 siècles, les musulmans n'ont jamais eu d'esprit critique, et se contentaient de pratiquer sans jamais comprendre le sens des Ibadat, le fonctionnement de la Shariat !

Qu'on se rassure, les jeunes à l'époque du prophète (SAW) aussi n'hésitaient pas à poser des questions au Prophète, lorsqu'ils ne saisissaient pas la cohérence d'un propos, ou qu'ils ne comprenaient pas un raisonnement; le Prophète (SAW) répondaient à leurs questions, sans considérer ces interrogations comme un signe d'insoumission. Nous ne citerons que deux exemples, concernant des jeunes Sahabas:

 

- Dans le Tafseer de Qourtoubi, il est relaté que deux jeunes Sahabas interrogèrent le Prophète (SAW) sur la complexité du destin, et sur le fait que tout a déjà été prédestiné. Ils demandèrent: « Pourquoi donc faire des efforts ? » Le Prophète (SAW) les expliqua la relation entre le destin et la prise de décision de l'homme. Sur ce, ils furent entièrement satisfaits et dirent: « A partir de maintenant nous allons faire encore plus d'effort et faire plus d'actions » (Rapporté par Tabari). Ces deux jeunes n'hésitèrent pas à demander au Prophète (SAW) de les éclairer sur ce point qui leur paraissait contradictoire; l'objectif étant d'arriver à une pratique éclairée de la religion, et non pas faire des actions comme un rituel sans comprendre le sens et le pourquoi. Le Alim local aussi doit s'efforcer de répondre aux interrogations des jeunes et des moins jeunes, d'apporter les éléments de réponses pour éclaircir les points non compris, en montrant le caractère rationnel de l'Islam. Souvent, le dialogue est plus profitable que les discours et les bayans; l'avantage est qu'à travers le dialogue et les échanges, le contact avec la personne concernée est directe, et on peut toucher une catégorie de personne qui ne fréquente pas les lieux de culte. La mobilité du Alim et sa disponibilité sont essentielles. 

 

- Autre exemple: le Prophète (SAW) annonça qu'à une époque, la Kaaba sera attaquée par une armée, et qu'Allah Taala ordonnera à la terre de les engloutir aussitôt qu'ils atteindront une région précise; tout ceux qui se trouveront à cet endroit périront.

Aicha (RA), qui avait moins de 18 ans à cette époque, ne pouvait pas concevoir que toutes les personnes présentes subiraient le même sort, alors que certaines personnes présentes n'appartiennent pas à l'armée. Elle n'hésita pas une seconde à interpeller le Prophète (SAW) : « O Prophète d'Allah, comment est-ce possible que tous périssent, alors que certaines personnes ne feront pas partie de cette armée? Ne seront-ils pas épargnés? » (Rapporté par Boukhari et Mouslim). Le Prophète (SAW) répondit à sa question sans considérer cela comme un manque de respect à son égard ou à l'égard de la religion. Il l'expliqua le rapport entre l'intention, l'application d'une décision d'Allah, et le dénouement qui se fera lors de la résurrection. Ce qui satisfit Aicha (RA).

Notez qu'elle n'avait pas posée une "simple" question de Maslah sur le wozou ou la prière ! C'était une question remplie d'humanisme, de recherche de justice et de cohérence. On a retrouvé les mêmes interrogations en 2004 après le Tsunami dévastateur  qui avait fait des centaines de milliers de morts, dont beaucoup d'enfants. Beaucoup de personnes, particulièrement des jeunes posèrent des questions sur cet événement traumatisant, essayant de comprendre la sagesse divine, sans pour autant remettre en question la Foi en Allah. Ces questions pouvaient paraitre embarrassantes, signe d'un rejet des décisions d'Allah au profit d'un raisonnement logique et cartésien, caractéristique des jeunes de "Koméla". Jamais on n'aurait imaginé que ce genre de questions avait déjà été posée  à l'époque du Prophète (saw), et qu'il acceptait d'y répondre.

 

l  Le ALIM PAYS se doit aussi d'être ouvert à toutes les discussions sur la religion, et d'essayer de joindre, à sa connaissance religieuse, une culture générale  irréprochable et une connaissance pointilleuse des textes de loi du pays. Nous en avons la preuve avec récemment les interrogations multiples sur le cas du mariage annulé pour cause de mensonge sur la virginité de la fille, ou encore les questions sur la garde des enfants; un fait identique qui se serait passé au Pakistan ou en Iran n'aurait pas été abordé de la même manière ! Une réponse basée uniquement sur les Maslah ne peut suffire à un public qui vit dans un pays de droit comme la France. Le Alim du troisième millénaire, dans un pays européen, se doit de se re-situer en permanence dans le contexte local, et savoir aborder les problèmes de société avec analyse et recul, pour prouver au public, et particulièrement aux jeunes qu'on peut être pratiquant et vivre dans un pays régi par d'autres lois.

 

 

 

 

 

Dans le prochain numéro, nous aborderons Incha Allah les points suivants:

l  Quel rapport le Alim doit-il entretenir avec le public, en dehors des bayans du vendredi ?

l  Un Alim psychologue et assistant social ?

l  Un Alim médecin, un Alim chef d'entreprise, est-ce envisageable ?

l  Trop de Alims à la Réunion? Quelle orientation pour ces jeunes qui vont arriver sur un marché déjà saturé, d'années en années? Quels sont les domaines où la présence de Alims manque cruellement ?

l  Quelles sont les attentes des parents, qu'en pensent les séniors ?

 

En attendant, nous vous proposons le témoignage de certains jeunes à qui nous avons demandé de nous éclairer sur leurs attentes par rapport aux Oulamas.

Ce qu'ils en pensent:

 

l  Anonyme, St Denis:

« Un aalim doit être, dans la mesure du possible à l'écoute des personnes vivant autour de lui, il doit faire preuve d'une part d'une certaine compréhension mais il doit être d'autre part en mesure de guider, de conseiller les autres dans ses difficultés.
je voulé emetre mon point de vue oci sur le fait ke lé oustaad doivent prendre en compte ke lé mentalité changent sans arret é kils doivent évoluer avec pour pouvoir aidé les autres a mieu sorienter»

l  Misbah - 16 ans, Saint-benoit:
«...é surtt un aalim jpense kil doi savoir adapté sa manière de parlé par rapport a la personne par exemple il va pa parlé de la mm maniere a un adulte com avec un ados»

l  Ata - 18 ans, St Denis: « Un aalim est un savant présent dans la société et non pas uniquement dans la mosquée. Il doit aller au dela des problémes locaux et évoquer le probléme liés à l'Islam en Europe. Particuliérement lorsqu 'on voit l'amalgame entre terroristes et musulmans; car ce qui est grave aujourd'hui, c'est que pour les non-musulmans, un musulman modéré comme nous n'est pas un musulman pratiquant. Le musulman pratiquant est celui qui applique à la lettre le coran, il est donc un extrémiste ! Donc pour pouvoir répondre à ce genre de problématique, un alim doit etre cultivé et intégrer totalement aux valeurs de notre société.
Le film "fitna" du député hollandais de l'extrême droite en est le parfait exemple; qui sera capable d'ouvrir le débat sur ce fait? Allamdoullillah la réunion est un petit paradis, mais  je suis triste lorsqu'on voit sur internet et aux journaux tous les problèmes que connaissent  en France, en Europe, les musulmans, avec les problèmes liés à la pratique et le problème de l'intégration.
Je pense que les alims devraient plus se montrer lors de leur bayanes.Et pas ailleurs, il faut que nous, la population acceptons de voir les mollisabs dans certains contextes sociaux
pour qu'ils arrivent à cette définition (de alim)
Un savant: ça se cache pas, mais ça partage sa connaissance
Donc à eux de faire l'effort, et a NOUS d'en faire autant»

l  Collégienne de 14 ans, en classe de Hafez:

Mon Molissab m’aide à avancer dans mon Qura’an dans de bonnes conditions, pour cela il me donne ce dont j’ai besoin (de la patience, de la compréhension dans certains cas, etc.)

Il m’explique ce qui reste incompris et pas net à mes yeux (maslahs).

Je lui reproche sa façon d’assombrir le tableau du musulman, de toujours parler que d’interdiction. Je n’aime pas trop le fait de toujours critiquer les jeunes sans avoir un discours qui pourrait faire réagir; aujourd’hui les molissabs en général ne voient que le mauvais côté.

J’attends plus de discours INTERESSANTS. Le discours « fais ça ou Allah va te punir! » ne marche malheureusement plus.

J’attends aussi la belle partie d’un musulman, nous avons la plus merveilleuse des religions pourquoi ne parler que d’interdiction, de punitions et de châtiments ?!...

Malgré cela, je fais doa’ahs chaque jour pour mon molissab, lui comme les autres molissabs, malgré des fois leurs incompréhensions (fautes de discours) ils font un travail extraordinaire et honorable…

l  Rashid - 19 ans, lycéen:

Un aalim est celui qui ordonne le bien et interdit le mal avec le plus de douceur et de philosophie possible, dans la propagation des enseignement de l'islam et du prophéte SAW. Il se doit donc d'essayer d'être lui même au maximum un bon musulman afin d'incarner l'exemple à montrer pour le contentement d'Allah.
De nos jours, je pense que les 'aalims ont beaucoup de mal à propager la bonne parole et à lutter contre les dérives de la sociétés. Surtout, quelques aalims manquent peut-être de tact dans le dialogue avec leurs éléves. Si le dialogue ne passe pas, alors un changement pourra difficilement s'opérer de la part de l'éléve. Enfin, un 'Aalim doit également pouvoir raisonner des parents empruntant une mauvaise direction dans l'éducation de leurs enfants; en rappelant certaines bases et en dénonçant les pièges de "l'évolution de la société" que l'on retrouve dans les films incitant au fitnah, au zinah, à la drogue, ou avec des fréquentations peu recommandables...

 

A suivre...

M. Ibrahim Mulla

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Article  paru dans le magasine Al-Islam, et disponible en téléchargement ici

 

 

 

 

ImprimerE-mail

Articles en relation

Ile de la Réunion - France

الإثنين 29 ربيع الأوّل 1439
lundi Rabbi al-Thanni 29 1439
lundi décembre 18 2017
Fajr 04:06
Lever du Soleil 05:32
Zohr 12:15
Asr 16:54
Maghrib 18:58
Ishaa 20:18

Dernières vidéos